Le blog poétique de LUOBER

Retrouvez ici, poèmes, articles et passions culturelles de votre héros,
ainsi que toute la petite histoire de la trilogie et autres anecdotes.

La femme dont je rêve

 

 

La femme dont je rêve saurait me rendre beau
Car elle sait que mon âme n'a pas de barreaux
Et qu'elle pourrait avoir mon coeur sur un plateau
Je me mettrai nu simplement habillé de mes mots

La femme dont je rêve a les cheveux couleur soleil
Et pour l'aimer, je franchirai la terre, la mer, le ciel
Avec son doux nom, en long, en large et en travers
Je remplirai cent pages et je saurai écrire mille vers

La femme dont je rêve est porteuse d'un fardeau
Mais j'allégerai sa charge de mes ailes d'angelot
Je caresserai sa peau, sa bouche, le bas de son dos
Et je sais qu'en elle, je trouverai l'amour et le repos

La femme dont je rêve est une flamme éternelle
Dont la douce brûlure n'aura pas son pareil
Pour réveiller en moi,  tout ce qui s'est endormi
La femme dont je rêve hante avec bonheur mes nuits



Femme






 

Obscurité




Au commencement, j'avais la tête là-haut dans les étoiles
Mais qu'ai-je fait de mon navire amiral et de ses voiles ?
Peu à peu, pas à pas, la toile de mon ciel s'est obscurçi
J'ai eu parfois l'impression d'être passé à côté de ma vie

Mon coeur n'est qu'un volcan, ma tête n'est que tempête
Dans cette volonté inébranlable, oui souvent je m'entête
Désormais, je n'ai que peu concédé à ce que je suis devenu
Souvent, certains croient faire face à un homme inconnu 

Que me réserve la Source derrière cette longue nuit ?
J'écrirai le temps, j'écrirai la passion, j'écrirai l'ennui,
J'écrirai le bruit que fait le silence quand il nous détruit.
Que me réserve mon âme dont les contours s'enfuient ?



Nuit

 

 

 

La douceur de vivre

 

 

Il est doux ce voyage que l'on fait à deux
Il est d'où ce rêve qui nous rend heureux ?
Dans le grand paysage de nos sentiments
L'horizon est le point de fuite des amants

Il est doux ce corps offert à toutes nos voluptés
Il est d'où ce coeur qui bat si fort sans s'arrêter ?
Dans la forêt épaisse où l'on se perd parfois
La clairière d'un sourire ami nous met en joie

La douceur de vivre, la douceur d'aimer
Qui nous donne cette sensation d'éternité
Et sentir qu'il y a en nous tant d'humanité


La douceur de suivre notre cheminement
Qui ouvre enfin nos yeux sur le firmament
Atomes faisant partie de tous les éléments



Douceur
 

Chaque personne qu'on aime



Chaque personne qu'on aime est tout comme un voyage
Un endroit où avec elle on aimerait poser nos bagages
Vois, cette femme de lettres mériterait tant d'être aimée
Là-bas, dans la maison d'Hugo sur l'île de Guernesey

On rêve tendrement, pour tout être qui nous touche,
D'un lieu en pleine harmonie pour baiser sa bouche
Et cette âme si légère que l'on sait faite pour nous
Et pour qui sans détours l'on se mettrait à genoux

Chaque personne qu'on aime est tout comme un oiseau
Dont les ailes nous portent et nous rendent plus beau 
Cette personne brillant aussi fort que mille soleils
Et qui nous renvoie souvent à notre propre éveil

Cette personne qui reflète notre propre magie
Et qu'on aimerait serrer tout au long de la vie
Celle dont on se sent prêt à l'accueillir en notre coeur
Et dont on sait que derrière sa force, elle sera douceur

Chaque personne qu'on aime est une éternité
Qui pourrait adoucir toutes nos aspérités
Et des racines de l'arbre jusqu'à la canopée
Par le doux chant des anges se laisser bercer

Chaque personne qu'on aime est une divinité
A qui l'on se donne car elle sait nous rendre vrai
Et par ces rencontres qui nous font tant grandir
On est attiré comme un aimant, un doux elixir 



1plus1


 

Il pleut sur les roses



 

Ce matin de juin, en fines gouttes, il pleut sur les roses
Alors que faire de ma poésie, que faire de ma prose ?
Dire, j'ai un peu froid en moi ou dire, je t'aime si je l'ose
Mais j'avoue ne rien comprendre à toutes ces choses

Ce matin de juin, dans quelques heures, reprendre la course
Alors fini le vent, les serments, les étoiles et la Grande Ourse
Ces beaux pétales, arrachés en effeuillant mon âme, font mal
Et l'eau du ciel ruisselle sur nos coeurs puis se perd en dédale

Ce matin de juin, sur ma route, il pleut sur les roses
Alors j'avance entre les lignes en mots bleus et moroses
Combien de fleurs en mon coeur ont gagné le concours L'épine ?
Combien de voyages en enfer sans retour l'Univers me destine ? 

Ce matin de juin, en fines gouttes, il pleut sur les roses
Alors tout mon être souffre et réclame enfin une pause
Hagard, à bord du train de nos vies, je cherche ma place 
Ces rêves infinis où j'ai besoin de temps, besoin d'espace



Rose

 

 

Une moitié de moi



Une moitié de moi, cette inconnue
Une moitié de moi à mettre à nu
Je ne saurai jamais,  je ne saurai plus
Comment était l'oiseau sur cette branche
Comment était la douceur de tes hanches

Une moitié de moi n'en est pas revenu
Une moitié d'émoi dans cette entrevue
Je ne serai jamais, je ne serai plus
Celui qui par moment flanche
Et qui joue les oies blanches

Une moitié de moi est restée en toi
Lune à moitié pleine au dessus du toit
Une moitié parfois se divise, quart perdu
Sans âmes amies, on est si seul sur cette Terre
L'art est un beau refuge pour les coeurs solitaires




Rebis 3
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×