Prière du soir


Le clocher au loin sonne six heures
La nuit apporte avec elle le silence
Et les ombres doucement s'avancent
Grignotant la clarté, fin du labeur

Les ouvriers quittent les champs 
Tandis que se lèvent à l'horizon
Orion, reine des constellations
Premières étoiles du firmament

Les haies qui bordent les parcelles
Frissonnent au vent frais du soir
Dans les chaumières fleurit l'espoir
Que demain la journée sera belle

Par la fenêtre, la boule d'albâtre
Prend doucement sa place nocturne
Ce vieil astre au regard si taciturne
Tandis que la bûche crépite dans l'âtre

La douce flamme au foyer les réchauffe
Comme la soupe d'épeautre de la gamelle 
Qui les fera tenir jusqu'au petit matin blême
Et dehors la nuit a enfin tendu son étoffe

Le monde est pour beaucoup un mystère
Qui ne se révèle qu'à certains humains
A qui il dévoile un peu son aspect divin
Cachant souvent les secrets de la terre
A ces corps si fatigués qui implorent
Que cette nuit ne soit pas la dernière
Que quelqu'un sache écouter leurs prières
Et que chaque matin, il y ait une aurore



Angelus

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site