Ça ne cerf à rien



Ça ne cerf à rien d'être aux abois
Une fois que la biche blessée s'en va
La flèche de l'amour plantée dans le coeur
Elle va se laisser mourir dans la douleur 

Ça ne sert pas le chien de la meute dressée
De le lancer aux trousses du pauvre gibier
Je ne suis pas très faon, des chasseurs
Qui abattent la bête qui fuit, qui a peur

Même si tu l'es, ça sert à rien d'être raciste
Heureusement que Schindler avait sa liste
Et que certains trains jamais n'arrivent
Que des bateaux n'atteignent pas l'autre rive

On rencontre un peu de tout dans Mère Nature
Mais pas sur les esclaves, du fouet, les zébrures
Et, seul l'être humain va souvent contre Nature
En ayant des lois universelles une autre lecture


Ainsi, ça ne cerf à rien d'appeler animal
Celui qui d'instinct ne connaît pas le Mal
Qui à l'orée du bois, certains soirs, brame
Quand les siens deviennent trophées sans âmes

Et l'Homme, quand il n'est pas chamane
Prélève plus que son dû, c'est là le drame
Dans le silence de la souffrance animale
Se cache l'esprit de la forêt primordiale

On apprend bien plus en observant notre faune
Qu'en sortant nos muscles ou notre testostérone 

Et, à quatre pattes, ils sont plus droits que nous
Qui faisons souvent marcher les nôtres à genoux




Cerf
 









 


 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site