Au rayon vert, au rayon lune

 

 

Entreposé au rayon vert, au rayon lune
Quand mon enfance croque une prune
Dans le fruit des mes souvenirs d'été
Où certains rêves sont restés coincés 
Je m'invente alors des champs de blés
Des moissons n'ayant pas toutes existé
Dans la forêt des grandes incertitudes 
Où le soleil entrant la rend moins rude
Je connais de chaque arbre l'écorce
Le tronc qui me  redonne des forces
Sur la mousse fraîche de mes lassitudes
Je sais affronter toutes formes de solitude
Et le geai qui m'observe avec curiosité
Comme une créature de Dieu, ici égarée
Ne sait pas qu'en mes labyrinthes discrets
J'avance sur le chemin de mes intériorités
J'aime tant de choses en secrètes passions
Que plusieurs de mes vies jamais n'y suffiront



Foret

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×