Oeuvres étranges

Retour Page d'accueil 


LEGENDE ET SUPERSTITION COREENNE !

Une artiste japonaise a un jour fait cet autoportrait, l'a scanné, l'a posté et s'est suicidée...
Cette histoire s'est répandue à une vitesse folle en Corée.
Certains reports disent que lorsqu'on regarde dans les yeux du portrait,
ils devinent des traits de tristesse et de colère au fond.
Peut-être que l'artiste était morte avec tant de tristesse et de rancoeur que son âme hante à présent cette image,
ou peut-être que cette image provoque l
a tristesse comme la chanson "Sombre Dimanche"...
Le fait est qu'il est, effroyablement étrangement, difficile de regarder dans les yeux du portrait plus de 5 minutes.
Certains disent que l'image change, qu'un sourire mauvais se dessine au fur et à mesure,
ou qu'un anneau sombre se dessine autour d'elle ou de ses yeux.

Présence ressenti pour ma part au bout d'une minute,
sorte de changement d'apparence et sensation de malaise face à ce portrait...
A vous de juger à présent...

 


Melancholicprincess





 

le-cauchemar-de-fussli-1.jpg

 "Le cauchemar" de Fussli
Le Cauchemar est un tableau du peintre Johann Heinrich Füssli. Depuis son exposition en 1782
à la Royal Academy de Londres, cette peinture est devenue célèbre et, du fait de cette renommée,
Füssli en a peint au moins trois autres versions.
L'interprétation de l'œuvre a considérablement
changé au cours du temps. La toile semble dépeindre simultanément une femme rêvant et le contenu
de son cauchemar. L'incube (démon) et la tête de cheval se réfèrent à la croyance et au folklore
de l'époque concernant les cauchemars, mais ont des significations plus spécifiques décrites
par quelques théoriciens. Des critiques d'art contemporains ont également vu dans le tableau
une problématique sexuelle anticipant les idées freudiennes au sujet du subconscient.

  

eb-17.jpg
"Dante et Virgile aux enfers" - Delacroix
 

 le-caravage-diseuse-de-bonne-aventure-1.jpg

"La diseuse de bonne aventure" du Caravage
La Diseuse de bonne aventure (Buona ventura en italien) est un tableau du Caravage,
exécuté à Rome et conservé au musée du Louvre (INV. 55).
Il s'agit d'une huile sur toile, datée des années 1596-1597 et mesurant 99 cm x 131 cm.
Il en existe une autre version assez proche à la Pinacothèque capitoline de Rome.

Le sujet est profane, c'est une scène de genre, de la vie quotidienne. Le thème de ce tableau
est l'un de ceux mis à l’honneur par Caravage au début du XVIIe siècle,
par son goût pour les bohémiens, les vagabonds…, mais également connu dans les pays du Nord :
une bohémienne lit l’avenir à un jeune élégant et en profite pour lui dérober discrètement sa bague.

Cette scène nécessite une lecture à plusieurs niveaux : elle contient en effet des connotations moralisatrices,
concernant les fausses prophéties et la séduction intéressée. Il s'agit donc d'une sorte de scène de genre allégorique
sur la tromperie et la naïveté, à rapprocher de la littérature et du théâtre contemporains.

 

 

 

  


peinture-01-1.jpg

 William Blake : La création d'Adam (Elohim créant Adam)

« Si les portes de la perception étaient purifiées, chaque chose apparaîtrait à l'homme comme elle est, infinie. »

 

peinture-02-1.jpg

"Le martyr chrétien" de Gabriel von Max
Gabriel von Max, qui a vécu ses années de formation à Prague, Vienne et Munich, a connu le succès dès 1867
avec sa peinture intitulée "Le martyr chrétien". Il devint alors ne des personnalités artistiques les plus
influentes dans les cercles praguois et munichois.
Son oeuvre comporte une perspective historique et mythique,
il peint des scènes chrétiennes, littéraires ou mythologiques. Il se fera une réputation de peintre des âmes,
avec une peinture qui aborde la thématique de l'amour, de la religion, de la mort et de l'au-delà.
Mais il développa aussi un langage pictural qui lui est propre avec une iconographie qui inclut
les études anatomiques, la vivisection et les théories darwiniennes de l'évolution.
vers la fin du siècle, il se concentra de plus en plus sur les sujets scientifiques. C'est de cette
dernière période que datent ses fameux portraits de singes qui connurent un succès immédiat.

 

max-affe-vor-skelett-um-1900-gross.jpg 
"Le squelette" de Gabriel Von max
Gabriel von Max (1840–1915), qui fut tout à la fois artiste, spirite et darwiniste,
fut à maints égards une figure marquante et charismatique à la fin du dix-neuvième siècle.
Il se passionna pour l'histoire du développement de l'humanité et s'interrogeant tant sur
ses origines que sur son futur. L'exposition d'automne de la Lehnbachhaus et du Kunstbau présente
une rétrospective exhaustive de l'oeuvre de von Max. Elle présente les diverses facettes de la
personnalité de ce peintre à l'imagination créative extrêmement riche. Les intérêts de Gabriel
von Max englobaient tant la peinture que l'histoire naturelle, l'ethnologie et l'ésotérisme.
L'homme était aussi collectionneur et avait acquis une connaissance encyclopédique de l'art,
de la culture et de la science de son temps. Dans son oeuvre picturale, on retrouve
ces différents intérêts. Ainsi de ce tableau d'un singe qui considère un squelette.

 

Berger arcadie

Le Guerchin - Les bergers d'Arcadie (Poussin s'en inspirera)
Le titre en latin de l'oeuvre "Et in Arcadia Ego" ne comporte pas de verbe conjugué.
Certains en ont conclu que la phrase
ainsi écrite cachait un code ésotérique et qu'il s'agissait

de l'anagramme de "I! Tego arcana dei", c'est-à-dire : " Vas ! je possède l'enseignement de Dieu.",
suggèrant que le
tombeau contient les restes de Jésus ou d'un patriarche biblique.

Poussin a qui l'on doit deux autres versions de cette oeuvre aurait été au courant
de ce secret et qu'il le décrit dans le tableau.
D'autres prétendent qu'il manque
à la phrase le verbe "sum" et que
l'expression extrapolée ("Et in Arcadia Ego sum")
aurait pour anagramme
"Iesu Arcam dei tango", ce qui signifierait alors

"je touche le tombeau de Dieu - Jésus". Allant plus loin, ils affirment que le tombeau
représenté se situerait aux Pontils, non loin de la
commune de Rennes-le-Château, Aude.
Mais il a été montré que cette tombe,
aujourd'hui détruite, a été édifiée à partir de 1903.

Quant à la mouche sur le crâne, animal sacré chez les grecs, elle évoque le lien
aux Dieux de l'Olympe ou aux anges dans la religion judéo- chrétienne,
anges qui
sont très présents dans l´œuvre du Guerchin ! Avec cette mouche
et le mot ARCADIE,
le Guerchin fait un lien avec son autre
tableau, avec Apollon, la mouche et Marsyas, l´arcadien.

 

bowers-david-flirt-with-death-large-1.jpgbowers-david-flirt-with-death-large.jpg

 David Bowers - Flirt avec la mort



genesis.jpg 

David Bowers - Genesis



innocence.jpg

David Bowers - Innocence

bruegel-02x.jpg

Bruegel l'ancien - Le triomphe de la Mort

 
cauchemar-thivier-1.jpg
 

 Eugène Thivier - Le cauchemar

 

eb-40.jpg

Jean Edouard Yan Dargent - Les Vapeurs de la nuit





eb-137.jpg

Antonello da Messina, Saint Jérôme dans son studio.








eb-138.jpg

La mystérieuse Fontaine du Vertbois.

Paris : La Fontaine du Vert-Bois (quartier du Marais)
Cette fontaine, sauvée par Victor Hugo, est décrite dans " Les Demeures Philosophales "
de Fulcanelli comme l'une des phases du processus du Grand Oeuvre alchimique.
Curiosité : la " malle sanglée " représentée sur cette fontaine se retrouve, comme un jeu de piste,
dans certains lieux de Paris : par ex. sur le fronton de l'Assemblée Nationale,
cachée derrière une statue de la place de la Concorde.


Quelle est la signification des différents symboles qui y sont représentés?
La fontaine du Vert bois fut édifiée à la demande de Louis XIV en 1712
selon les plans de Pierre Bullet, alors responsable des travaux de modifications
de l'église St Martin de Champs, dans une des tours fortifiées du prieuré.
La fontaine du Vert bois demeure la seule fontaine urbaine conçue par ce célèbre architecte.
 D’après d’anciens ouvrages, cette fontaine serait la première fontaine publique installée à Paris.
Baron Haussmann renonce à sa destruction, initialement prévue dans ces plans de transformations,
car la fontaine est devenue très rapidement indispensable pour les habitants du quartier.
En 1876, la fontaine a été de nouveau menacée de destruction mais grâce à l'intervention
de Victor Hugo elle fut restaurée en 1882 et déplacée à son emplacement actuel.







3-12.jpg

Grief, 1898, par Oskar Zwintscher.





2-1.jpg

Thomas Benjamin Kennington : Pandore ,1908.



Pub bandeau eb9

Pub bandeau eb14

Pub bandeau eb15



 

Tableau etrange
La ronde des farfadets, David Ryckaert III

Peintre flamand du XVIIe, David Ryckaert III, parfois appelé « Ryckaert le jeune », est le fils de David Ryckaert et le neveu du célèbre paysagiste Martin Ryckaert. Il naquit à Anvers en 1612 et reçut sa formation dans l’atelier de son père. Marquant une prédilection pour les scènes d’auberge et les natures mortes, il peignit également des scènes de pillages et des cabinets d’alchimistes.  La ronde des Farfadets est une huile sur toile qui se trouve au Musée d’Art Roger-Quillio à Clermont-Ferrand.


 

 Retour Page d'accueil

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×