Sire Constance


 

Rester le même ou bien un autre
Diable au teint d'un faux apôtre
Être parfois le roi des apparences,
Qui font de nous un Sire Constance
Hâté, nu, hante nos nuits d'errance
Suis-je celui que je suis ? Accoutumance
Mais tout au bout du chemin de ronde
Le beau château de cartes s'effondre
A trop s'éloigner de la route principale
On se perd, manant en grosse fringale
D'une vie nous mettant souvent en appétit
Et nous laissant sur notre faim, démunis
Ruinés et lésés vainement par la vie
Ballotés par les événements de la vie
Au royaume des aveugles, la licorne voit
Qui elle éborgne dans ses magiques choix
Et la princesse qui me tend ses jolies fesses
Fera de moi le père siffleur, oiseau en liesse
Lumière d'une bougie de cire, constance
Dans les engagements et les espérances




Sire


 





 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site