Prendre de la hauteur

Comme un grand oiseau engourdi, j'ai dormi sur un nuage,
Semblable à la barbe à Papa, douceur des cieux sans âge.
Au dessus de moi, la voûte étoilée, points scintillants,
Milliers d'aiguilles piquées dans la toile de jais, An !
Tout en bas, le vent curieux balaye devant vos portes,
emportant avec lui vos vieux rêves et vos amours mortes.
Ici tout est grand, sans mesure, plus grand que nature.
Ici, tu n'es rien, il n'y a de places qu'aux âmes pures.
Le monde d'en bas, devant toi, déroule son tapis de mensonges,
Alors misérable humain, reste toujours prisonnier de ton songe.



eb-99.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×