Le prétexte


Dans mes très belles heures, j'ai écrit parfois quelques jolis textes

Qui voulaient monter jusqu'aux cieux mais n'étaient qu'un prétexte.
Derrière de folles apparences, je voulais simplement crier ton nom,
Remplir le vide dans mon coeur et oublier de ma vie les déceptions

La forme écrite de ma détresse est une poésie rimant avec tristesse.
Ces vers sont si noirs que tout cela me vaudra bien tantôt une messe
Et ce serait vraiment mentir de dire que je suis heureux en ce monde.
Passent les jours sans ta présence, dansent les heures, tourne la ronde.

Je ne saurais vivre dans l'errance, ni tolérer autant d'indifférence
Car l'amour est toujours là et il veut à présent combler ton absence.
Ainsi, ma vie, mes cris, tous mes pleurs ne sont que vagues prétextes
Et même la mort ne séparera pas nos âmes à qui connaît le contexte.

Alors sache que je franchirai le mur quelque soit sa hauteur
Et que je renouerai avec cet amour car il ne me fait plus peur.
Bien au-delà du temps qui s'enfuit, de nos vies et leurs incarnations
Nos rêves ne seront pas, nos rêves se seront plus, de vaines illusions 
Mur pretexte


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×