La morte amoureuse



Toute ma vie, j'ai écrit tant et tant de fois sur l'amour

Et chaque nuit, j'en ai parcouru les plus beaux pourtours
Dans les paysages de l'oubli, tu restes néanmoins absente
Car malgré la mort, cette inconnue, en moi, tu es présente

Dois-je jusque dans ce tombeau venir chercher une réponse
Du doigt, je montrerai le chemin, même à travers les ronces.
Mort, Vieille voleuse d'âme, crois-tu vraiment que ça m'amuse ?
Mords, le porteur de vers, crois-tu vraiment en moi ma muse ?

Avant la moisson, n'ai-je plus le droit de m'enivrer de toi ?
Dernière oraison, neige dans mon coeur, et il fait si froid
L'amour revenant, vingt ans après, frapper à ma porte
La mort, le néant, rafflant la mise, en quelque sorte

Je me souviens, tu m'avais dit, qu'au moment de traverser le pont
On se rapproche de la personne qu'on a vraiment aimé tout du long
On lui tient tendrement la main comme pour mieux libérer son âme
On lui tient des propos sincères tout en lui déclarant sa flamme

Les saisons s'enchaînent, mon amoureuse, malgré les incertitudes,
Laisse tomber tes chaînes, sois courageuse et prends de l'altitude.
Alors guide la main tenant ma plume dans mes plus belles transes
Tu portes mon fardeau et, par ton baiser , donne-moi la délivrance    



Burne jones le vampire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×