A un ami disparu


La pensée est au corps ce que la fumée est au feu.

Une énergie s'envole et tu n'es pas devenu vieux.
Ton absence cruelle, palpable ici et en tout lieu,
me ramène à ce que je sais et me rend malheureux,
même les rocs s'effritent face au mystère de Dieu.
Il est cruel et incompréhensible ce terrible jeu
qui de vie à trépas nous conduit jusqu'aux cieux.


eb-121.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×