Le blog poétique de LUOBER

Retrouvez ici, poèmes, articles et passions culturelles de votre héros,
ainsi que toute la petite histoire de la trilogie et autres anecdotes.

Au festin de la vie



Au festin de la vie, me repaître des mets, quel délice
Boire à la coupe éternelle, vider entièrement le calice
Et, au chevet de mes longues nuits, espérer l'insomnie
Pour enfin épuiser mon corps si débordant d'énergie
Mu par une force invisible, j'irai conquérir ton coeur
Cible si difficile que je vise de mes flèches de douceur



Festin

Sur les bords de l'enfance



Mon enfance, viens, viens tout contre moi
Que tu t'endormes au creux de mes bras
Tu verras, nous serons si bien tous les deux
J'ai pour toi de tendres et de doux aveux​

Mon enfance, écoute, écoute ma voix
Que tu te rappelles toutes mes joies
Nous marcherons dans les souvenirs
Et grâce à toi, nous saurons grandir​

Sur la plage bleue des doux bords de mon enfance
S'échoue en vagues, les souvenirs de l'abondance
Cet océan de miel si sucré
Que rien ne pourra effacer



Bretagne 2

 

Soleil d'hiver



Aujourd'hui, tu es entré par la fenêtre
Et de ma peau, tu es venu te repaître
Tel un phénix aux portes de février
Oiseau de feu, sur moi, tu t'es posé

Ta tendre chaleur a été comme une caresse
Baiser m'invitant à encore plus de paresse
Me laissant griser par toi, doux soleil d'hiver
Tu m'annonces déjà qu'au gris succède le vert

Doux soleil, doux soleil d'hiver
Doux sommeil, rêve d'univers



Fenetre

  

Amoureux d'ailes



Elle est rousse comme la feuille d'automne
Sur son visage, les tâches se collectionnent
Elle est aussi brune que le grand corbeau
Sur la neige blanche de mes hivers si beaux
Elle est douce et verte comme le printemps
Quand dans les prés fleurissent les serments 
Elle est parfois blonde et chaude comme l'été
Quand je lui confie parfois toutes mes voluptés

Et même si je t'offre mes bras et mon corps fatigué
Un jour, une nuit, sache qu'avec elle, je te tromperai
Et même si en toute sincérité, je saurai t'aimer à ma façon

Je suis amoureux d'ailes comme tous les êtres libres le sont


Ailes 1

 

Les mots sont l'émotion



Les mots sont l'émotion
Et naviguent à l'horizon
Sur la ligne de démarcation
Cours, cours, beau canasson

Libère-moi de mes tensions
L'amour n'est pas une prison


Laids mots que l'on oublie
Traînant derrière le sulki
Et qui nous désarçonnent
Quand parfois l'impoli sonne
Dans la course que l'on mène
Entre l'amour et la haine


Les mots sont l'émotion
Et réveillent des nations
Qui marchent à l'unisson
Ne cours pas après la dévotion
N'attends pas de l'admiration
Car ce sont de fausses illusions


Les mots font le vitrail
Les lettres sont éventail 
Sentiments qui nous tiraillent
Mettant nos coeurs au travail
Chevaux rentrant au bercail 

Île, étang, que je m'en aille...

Crinière au vent et prière au temps
Vivre à fond, à deux sans pur sang

Enfin trouver la joie sur cette terre Happy 
Tel un Harry Trotteur faisant naître la magie



Mustang



 

La mésange

.

Légère et sautillante boule de plume
Là-bas sur la branche dans la brume
Si fragile, si gracile, tâche jaune et bleue
Joli passereau, au moins es-tu heureux ?
 Et dans ton chant insouciant et mélodieux
J'entends, petite mésange, la voix de Dieu :
"Je peux mourir car j'ai aimé
Je peux vivre car je suis né"



Mesange

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site